Compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique et de la nécessité d’organiser les soins et la prise en charge des patients atteints de Chikungunya, le Comité d’Experts a été interrogé sur la stratégie diagnostique à mettre en œuvre en Martinique.

Le Comité d’Expert des Maladies Infectieuses et Emergentes (CEMIE) qui s’est réuni le 21 janvier 2014, a estimé que la situation épidémiologique du chikungunya en Martinique correspond à une situation d’épidémie (Phase 3a du Psage Chikungunya).

En conséquence, il recommande, en accord avec les préconisations de l’OMS, de ne plus prescrire systématiquement de demandes de confirmation biologique de chikungunya, chez les patients présentant une forme commune de la maladie et ne présentant pas de facteurs de risques.

Les patients à risque ont été rappelés dans les documents d’informations diffusés en décembre 2013. Il s’agit entre autre, des femmes enceintes, des nouveau-nés, des personnes âgées, des personnes immunodéprimées, des insuffisants rénaux, des insuffisants hépatiques, etc.).

A noter que la stratégie diagnostique concernant la dengue reste inchangée et les patients présentant un syndrome évocateur de dengue doivent toujours bénéficier d’un diagnostic biologique.

Téléphone / Fax : 0596 67 41 47

Publicité